Une paix qui dépasse ma logique...

On aspire tous à vivre en paix, loin de l’inquiétude et des tracas, en paix avec ceux qui nous entourent, ou encore préservés de l’agitation de notre société.

La paix se caractérise par une absence de conflits. La paix intérieure se caractérise par l’absence de conflits intérieurs.

Jésus déclare qu’il nous offre gratuitement cette paix intérieure, cette paix du cœur !
Il dira, quelques temps avant la croix : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » Jean 14.27

Jésus affirme que la paix dont il parle n’est pas celle évoquée par notre société : « Je ne vous donne pas comme le monde donne ! »  La paix dont parle Jésus est supérieure à celle qu’on peut trouver en se confiant dans l’humanité.

L’apôtre Paul connaît cette paix, il dit aux Philippiens : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toutes choses faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâce. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. » Philippiens 4. 6 et 7

J’ai l’occasion de m’inquiéter quand les circonstances se complexifient. La paix ne règne pas dans mon entourage, les soucis sont là, un événement douloureux, une perte, la maladie, une galère financière… ou tant d’autres éléments qui peuvent venir perturber mon quotidien. C’est alors que les pensées s’agitent en moi, c’est le conflit intérieur…  Je ne suis plus en paix !

Pourtant, la paix qui vient d’en haut m’est donnée en toutes circonstances.
Lorsque Jésus dit « Que votre cœur ne se trouble point, ne s’alarme point… », que Paul annonce « Ne vous inquiétez de rien » c’est, qu’à priori, il y aurait sujet à s’inquiéter ! Littéralement, se troubler renvoie à une notion d’agitation, s’alarmer à un état de peur.
Quelle sera ma réaction face à ma difficulté ?

« Faites connaître vos besoins à Dieu… » Quand les soucis arrivent, qu’ils envahissent ton quotidien et tes pensées, connecte-toi à Dieu ! Viens lui faire connaître ce qui t’accable, dépose-lui ton besoin, confie-lui ton inquiétude.

« Avec des actions de grâce… », c’est-à-dire, en lui disant merci. Comment remercier Dieu alors que les circonstances sont pesantes ? Tu peux le remercier parce que tu viens de lui déposer ton souci, il n’est plus entre tes mains ! A présent, c’est Dieu qui est aux commandes, tu lui confies la gestion de ta situation ! La foi te donne l’occasion de le remercier par avance. S’il est aux commandes, il va agir et transformer le mal en bien ; pourvoir ; te faire grâce ; te consoler ; répondre à ta prière.

La paix de Dieu, elle surpasse mon intelligence, elle dépasse ma logique parce que, oui, je peux être en paix au sein de la tempête, serein dans la difficulté. Pour être en paix avec moi-même, j’ai finalement besoin d’être premièrement en paix avec Dieu ; et lui me saura communiquer cette paix qui me dépasse.

« La paix de Dieu, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ… »
Mes émotions et mes pensées seront préservées en Jésus : Au plus profond de moi, j’ai la paix parce que je sais que ma vie est en Lui et que je n’ai rien à craindre. Ma vie est assise, avec Christ, dans le ciel, au-dessus de tous mes tracas et de toutes mes circonstances terrestres ! Je suis assis avec Christ en qualité d’enfant de Dieu, cohéritier, faisant partie de la maison du Père : je n’ai rien à redouter !

Mes pensées néfastes, elles ont été crucifiées à Golgotha, « le lieu du crâne » : le lieu où Christ est vainqueur dans ma pensée, le lieu où la paix de Dieu devient accessible pour moi !
« Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui. » Esaïe 53.5

« C’est dans le calme et la confiance que sera votre force ! » Esaïe 30.15
« J’ai l’âme calme et tranquille, comme un enfant sevré qui est auprès de sa mère. » Psaume 131.2

Soyez bénis !

Emeline Gruson.